Sécheresse oculaire

75 millions de personnes en Europe souffrent de sécheresse oculaire.

La sécheresse oculaire – une des maladies oculaires les plus répandues

La sécheresse oculaire est une des maladies les plus fréquentes en ophtalmologie. Les estimations actuelles font état de 75 millions de personnes affectées en Europe. La maladie entraîne l’instabilité du film lacrymal, ce qui peut endommager la surface de l’œil et s’accompagner d’une inflammation. Si elle n’est pas traitée, la sécheresse oculaire est à l’origine de symptômes tels que des sensations de brûlure, des démangeaisons et l’impression d’avoir un corps étranger dans l’œil. Paradoxalement, elle peut aussi être à l’origine d’un larmoiement excessif. De plus, la sécheresse oculaire peut causer des troubles visuels importants et réduire la qualité de vie.

Le film lacrymal

Chez les patients atteints de sécheresse oculaires, le film lacrymal est compromis. Un film lacrymal en bonne santé est constitué de trois couches : une couche contenant du mucus (la couche mucinique), qui est en contact direct avec la cornée, puis une couche aqueuse par-dessus, et enfin une couche lipidique (grasse) à l’extérieur.

Les fonctions du film lacrymal sont :

  • Nourrir la cornée
  • Lubrifier et protéger la surface de l’œil contre les infections
  • Maintenir une surface réfractrice lisse pour garantir une vision optimale
  • Former une couche lubrifiante pour éliminer les frictions lors du clignement de l’œil

Les fonctions de la couche lipidique sont :

  • Limiter l’évaporation prématurée de la couche aqueuse sous-jacente, empêchant de ce fait la sécheresse oculaire.
  • Stabiliser la couche aqueuse du film lacrymal.

Cependant, le bon fonctionnement de la couche lipidique repose sur le clignement des yeux ainsi que sur les glandes de Meibomius. Les glandes de Meibomius sont situées dans les paupières supérieures et inférieures, et leurs pores s’ouvrent au bord des paupières. Ces glandes produisent le liquide gras dont est constitué la couche lipidique, et elle le déposent sous forme de minuscules gouttelettes sur le bord des paupières supérieures et inférieures. Lors du clignement des yeux, c’est-à-dire quand les paupières supérieures et inférieures se rencontrent, ces gouttelettes se combinent pour former un film de lipides. Lorsqu’on ouvre les yeux, ce film de lipides se répartit sur le film lacrymal. Chaque clignement des yeux permet donc de renouveler la couche lipidique.

Représentation schématique d’un film lacrymal intact

Les causes de la sécheresse oculaires sont multiples

Divers facteurs sont à l’origine de la sécheresse oculaire. Elle peut être causée par une maladie (par exemple un diabète sucré), une opération chirurgicale des yeux ou une chimiothérapie. Un déséquilibre hormonal peut aussi jouer un rôle, particulièrement pendant la grossesse et chez les femmes ménopausées, ainsi que chez celles qui prennent une contraception par voie orale (« la pilule »). Enfin, des médicaments ainsi que notre style de vie (beaucoup de temps passé devant un écran, trop peu d’humidité, air conditionné, tabagisme, etc.) peuvent aussi causer la sécheresse oculaire.

Une femme à son ordinateur portable: sebra – stock.adobe.com
Climatisation: naypong – stock.adobe.com

Types de sécheresse oculaire

Dans la classification, on distingue deux types de sécheresse oculaire.

  • Sécheresse aqueuse. Le volume de la couche aqueuse est réduit à cause d’une sécrétion insuffisante.
  • Sécheresse évaporative aussi appelée syndrome des yeux secs par évaporation. Dans ce cas, le film lacrymal est sujet à une évaporation prématurée à cause d’un dysfonctionnement de la couche lipidique.

Ces deux types de sécheresse oculaire sont tous deux à l’origine d’une réduction du film lacrymal et peuvent coexister. L’évaluation subjective des symptômes par les patients peut aider à identifier le type de sécheresse présent (Tableau1). 1 basé sur Kunert K. S. et. al. Trockenes Auge, Kaden Verlag, 2016: 53

Symptômes associés aux différentes formes de sécheresse oculaire

Sécheresse évaporative(évaporation trop importante causée par un dysfonctionnement de la couche lipidique)
Brûlures
Bord des paupières irrité
Larmoiement paradoxal
Intolérance aux lentilles de contact
Problèmes lors d’activités à l’écran
Sécheresse aqueuse(production insuffisante de la couche aqueuse)
Sensation d’un corps étranger dans l’œil
Rougeur des yeux
Yeux « fatigués »
Sensibilité accrue à la lumière
Bouche sèche

Graphique d’entête: iofoto – stock.adobe.com